Matthieu

Des quatre évangiles, celui de Matthieu est le plus complet et donne la meilleure vue d'ensemble sur la vie et la mort du Seigneur. D'autre part, constituant la transition entre l'Ancien Testament et le Nouveau, représentant le lien de l'un à l'autre, cet évangile occupe à bon escient la première place dans le canon du Nouveau Testament.

L'intention du Saint Esprit dans cet évangile est clairement indiquée dès le premier verset: Jésus Christ est le Fils de David et le Fils d'Abraham et, par conséquent, le Messie, le Roi d'Israël promis, légitime, Celui qui accomplit toutes les promesses de l'Ancien Testament.

Un autre caractère important de cet évangile est étroitement lié à ce qui précède: la fréquente mention du règne messianique, plus précisément du «royaume» (50 fois).

L'évangile selon Matthieu est construit selon un plan divin. Dans la première moitié du livre, le Seigneur Jésus est introduit comme le Roi d'Israël et présenté à son peuple terrestre. Cette partie se termine au chapitre 12 par sa réjection: les chefs d'Israël ne veulent pas de leur Roi.

La seconde moitié, à partir du chapitre 13, décrit le service du Roi rejeté, un service qui dès lors ne se limite plus exclusivement à Israël, mais s'étend également aux nations païennes. C'est dans cette section de l'évangile que nous trouvons la toute première mention dans la Bible de l'Assemblée (ou Église) de Dieu, composée de juifs et de païens (Matt. 16:18; comp. 1 Cor. 12:13).

(Extrait de «Vue d'ensemble du Nouveau Testament» de A. Remmers)