Psaumes

Psaumes 141 et 142

Psaume 141

Prière du fidèle qui se trouve dans une extrême détresse

1 Psaume de David.
Éternel, je t'ai invoqué ; hâte-toi [de venir] vers moi ! Prête l'oreille à ma voix quand je crie vers toi !

2 Que ma prière vienne devant toi comme l'encens, l'élévation de mes mains comme l'offrande du soir !

3 Mets, ô Éternel, une garde à ma bouche, veille sur l'entrée de mes lèvres !

4 N'incline pas mon cœur à des choses mauvaises, pour pratiquer de méchantes actions avec des hommes qui sont des ouvriers d'iniquité ; et que je ne mange pas de leurs friandises.

5 Si le juste me frappe, c'est une faveur1 ; s'il me reprend, c'est une huile excellente2 ; ma tête ne la refusera pas, car ma prière sera encore là contre leurs iniquités.
1 ou : me frappe en bonté. 2 ou : une huile pour [ma] tête.

6 Que leurs juges soient précipités contre les rochers1 ! Alors ils entendront mes paroles, car elles sont douces.
1 littéralement : dans les mains du rocher.

7 Nos os sont dispersés devant la bouche du shéol1, comme quand on coupe et qu'on fend [du bois] sur la terre2.
1 mot hébreu très vague désignant le séjour des âmes séparées du corps. 2 ou : on fend la terre.

8 Car, ô Éternel, Seigneur, mes yeux sont sur toi, je me réfugie en toi ; n'abandonne pas mon âme !

9 Garde-moi du piège qu'ils m'ont tendu et des lacets1 des ouvriers d'iniquité !
1 lacet : nœud coulant utilisé comme piège pour la capture du gibier.

10 Que les méchants tombent dans leurs propres filets, tandis que moi je continue mon chemin1 !
1 littéralement :je passe.

Psaume 142

L'Éternel, dernier refuge du fidèle persécuté

1 Instruction de David. Lorsqu'il était dans la caverne. Prière.

2 De ma voix, je crie vers l'Éternel ; de ma voix, je supplie l'Éternel.

3 Je répands ma plainte devant lui, je déclare ma détresse devant lui.

4 Quand mon esprit était accablé en moi, toi tu as connu mon sentier. Sur le chemin par lequel je marchais, ils m'ont caché un piège.

5 Regarde à droite et vois ! Il n'y a personne qui me reconnaisse ; tout refuge est perdu pour moi ; il n'y a personne qui s'enquière de mon âme.

6 J'ai crié vers toi, ô Éternel ! J'ai dit : Tu es mon refuge, ma part dans la terre des vivants.

7 Sois attentif à mon cri, car je suis très affaibli ! Délivre-moi de mes persécuteurs, car ils sont plus forts que moi !

8 Fais sortir mon âme de la prison, pour célébrer ton nom ! Les justes m'environneront, parce que tu m'auras fait du bien.

Nous ne fatiguons jamais le Seigneur en nous adressant à Lui. Au contraire, la prière d'un croyant est un parfum agréable pour Lui (verset 2; comparer Apocalypse 5:8 fin ap 5.6-10). Hélas! notre bouche est capable de faire jaillir aussi des paroles amères. Sans le secours d'en haut, personne n'est capable de dompter sa langue (Jacques 3:8, 9 jq 3.5-12). «Mets, ô Éternel! une garde à ma bouche», demande ici l'homme de Dieu. Cependant celle-ci ne fait que traduire ce qui bouillonne dans le cœur (Psaume 39:2-4 ps 39.1-7). Ce dernier a aussi besoin d'une «garde» vigilante pour n'être incliné à aucune chose mauvaise (verset 4). Enfin sachons considérer la répréhension non comme une blessure d'amour-propre, mais comme une faveur, une «huile excellente» réservée par le Seigneur aux siens (verset 5; comparer 2 Samuel 16:5, 10 2s 16.5-12; Galates 6:1 gl 6.1).

Psaume 142. Pourchassé par Saül, David s'est caché dans la caverne d'Adullam (1 Samuel 22 1s 22.1-5; Psaume 57 ps 57.1-12). Il erre avec ses compagnons «dans les déserts et les montagnes, et les cavernes et les trous de la terre» (Hébreux 11:38 hb 11.32-40). Tout refuge humain est perdu pour lui (verset 4). Mais sa foi lui permet de s'écrier: «Éternel... tu es mon refuge» (verset 6).

«Les justes m'environneront...» (verset 8). Christ, le vrai David, introduira avec Lui dans sa gloire ceux qu'Il aura revêtus de sa propre justice.