Psaumes

Psaume 140

Psaume 140

Le fidèle implore la protection divine contre ses adversaires

1 Au chef de musique. Psaume de David.

2 Éternel, délivre-moi de l'homme mauvais, préserve-moi de l'homme violent,

3 De ceux qui méditent le mal dans leur cœur; tous les jours ils se rassemblent pour la guerre;

4 Ils aiguisent leur langue comme un serpent, il y a du venin d'aspic sous leurs lèvres. Sélah.

5 Éternel, garde-moi des mains du méchant, préserve-moi de l'homme violent, de ceux qui méditent de faire trébucher mes pas!

6 Les orgueilleux ont caché pour moi un piège et des cordes, ils ont étendu un filet le long du chemin, ils ont placé des lacets1 pour moi. Sélah.
1 lacet: nœud coulant utilisé comme piège pour la capture du gibier.

7 J'ai dit à l'Éternel: tu es mon °Dieu. Prête l'oreille, ô Éternel, à la voix de mes supplications!

8 L'Éternel, le Seigneur, est la force de mon salut; tu as couvert ma tête au jour des armes.

9 N'accorde pas, ô Éternel, les souhaits du méchant, ne fais pas réussir son plan! Ils s'élèveraient. Sélah.

10 Quant à la tête de ceux qui m'environnent, que le malheur préparé par1 leurs lèvres les recouvre,
1 littéralement: le mal de.

11 Que des charbons ardents tombent sur eux! Fais-les tomber dans le feu, dans des eaux profondes, et qu'ils ne se relèvent pas!

12 Que l'homme de [mauvaise] langue ne soit pas établi dans le pays; l'homme violent, le mal le poussera1 à sa ruine.
1 littéralement: pourchassera.

13 Je sais que l'Éternel maintiendra la cause de l'affligé, le droit des pauvres.

14 Certainement, les justes célébreront ton nom, les hommes droits habiteront devant toi.

Ce psaume nous fait entrevoir combien les croyants du résidu souffriront pendant les temps terribles de la grande détresse. La grâce de Dieu nous a jusqu'ici préservés de persécutions dans nos pays. Mais il est bon de nous poser quelquefois cette question: si demain il fallait de nouveau souffrir comme chrétien, voudrais-je encore porter ce nom?

Par ailleurs n'oublions jamais que nous avons affaire continuellement à des ennemis, d'autant plus redoutables qu'ils nous sont familiers. Cet homme mauvais, violent (verset 2), qui médite le mal (verset 3), qui affile sa langue comme un serpent (verset 3) et s'efforce de faire trébucher mes pas (verset 5), l'épître aux Romains me révèle à son sujet une chose effrayante: il habite dans mon propre cœur (Romains 3:13 rm 3.9-18; 7:17 rm 7.14-19). Mais la même épître contient, si l'on peut dire, son faire-part de décès (lire Romains 6:6 rm 6.1-9). La mort m'a délivré de ce «vieil homme»; je n'ai plus à le combattre mais à le considérer comme crucifié avec Christ. Quant à l'Ennemi du dehors, c'est aussi Dieu qui m'en protège. «Le Seigneur est la force de mon salut — dit le fidèle —; tu as couvert ma tête au jour des armes» (verset 8). Le casque du salut est une pièce indispensable de l'armure complète de Dieu (Éphésiens 6:17 ep 6.13-20).