Psaumes

Psaume 112

Psaume 1121

1 La lettre hébraïque initiale de chacun des demi-versets des Psaumes 111 et 112 suit l'ordre alphabétique.

Bonheur de l'homme qui craint l'Éternel

1 Louez Jah!1
Bienheureux l'homme qui craint l'Éternel [et] qui prend un grand plaisir dans ses commandements!
1 autrement dit: Alléluia!

2 Sa descendance sera puissante dans le pays; la génération des hommes droits sera bénie.

3 Les biens et la richesse seront dans sa maison, et sa justice subsiste à perpétuité.

4 La lumière se lève dans les ténèbres pour les hommes droits. Il est plein de grâce, et miséricordieux, et juste.

5 Heureux l'homme qui use de grâce, et qui prête! Il règlera ses affaires1 selon le droit;
1 ou: paroles.

6 Aussi, il ne sera jamais ébranlé. La mémoire du juste durera toujours.

7 Il ne craindra pas une mauvaise nouvelle; son cœur est ferme, se confiant en l'Éternel;

8 Son cœur est soutenu; il ne craint pas, jusqu'à ce qu'il porte un regard [de satisfaction] sur ses adversaires.

9 Il répand, il donne aux pauvres; sa justice subsiste à perpétuité; sa corne est élevée en gloire.

10 Le méchant [le] verra, et en aura du dépit; il grincera des dents et s'épuisera1; le désir des méchants périra.
1 littéralement: se fondra.

Ce psaume se rattache au précédent, comme le montre une même disposition alphabétique des versets (voir note). Dans le Psaume 111 la justice de l'Éternel subsiste à perpétuité (verset 3 ps 111.1-3). Au Psaume 112 c'est la justice de celui qui craint l'Éternel qui subsiste à perpétuité (versets 3, 9). Notre verset 1er continue et dépasse le verset 10 du Psaume 111 ps 111.10. La crainte de Dieu, chemin de la sagesse est aussi celui de la bénédiction. Il ne s'agit plus seulement de pratiquer les commandements de l'Éternel, mais d'y prendre un grand plaisir. C'était la part de Jésus qui pouvait dire: «c'est mes délices, ô mon Dieu, de faire ce qui est ton bon plaisir» (Psaume 40:9 ps 40.7-11; voir aussi Jean 4:34 j 4.31-34).

Certaines personnes ont toujours peur d'apprendre une mauvaise nouvelle. Eh bien! la crainte de Dieu éloigne cette crainte des hommes (verset 8) ou des événements fâcheux (verset 7). Le cœur de celui qui se confie en Dieu n'est pas troublé par ce qui se passe (Proverbes 1. 33 pv 1.29-33); il est ferme (verset 7), parce que le Seigneur le soutient (verset 8; comparer Jean 14:1, 27 fin j 14.1-27). Mais un cœur ferme peut être en même temps un cœur sensible et plein d'amour. Le juste use de grâce (verset 5), répand et donne aux pauvres (verset 9). «Il est plein de grâce et miséricordieux» comme Dieu Lui-même (comparer verset 4 avec Psaume 111:4 fin ps 111.4 et Jacques 5:11 fin jq 5.10-11).