Psaumes

Psaume 68:1-15

Psaume 68

Dieu se fait connaître à toute la terre par sa bonté envers Israël

1 Au chef de musique. De David. Psaume. Cantique.

2 Que Dieu se lève, que ses ennemis soient dispersés, et que ceux qui le haïssent s'enfuient loin de sa face.

3 Comme la fumée se dissipe, tu les dissiperas; comme la cire se fond devant le feu, les méchants périront devant Dieu.

4 Mais les justes se réjouiront, ils exulteront en la présence de Dieu et seront comblés de joie1.
1 littéralement: se réjouiront avec joie.

5 Chantez à Dieu, chantez son nom, frayez un chemin à celui qui passe comme à cheval par les déserts! Son nom est Jah1, réjouissez-vous devant lui!
1 Jah, abréviation du nom de Jéhovah; mais c'est l’expression de son existence absolue, plutôt que celle de l’éternité de son être; voir Exode 15:2.

6 Dieu, dans sa demeure sainte, est le père des orphelins et le juge des veuves.

7 Dieu fait habiter en famille1 ceux qui étaient seuls; il fait sortir les prisonniers qui étaient enchaînés, pour qu'ils jouissent de l'abondance; mais les rebelles habitent dans une terre aride.
1 littéralement: dans une maison.

8 Ô Dieu, quand tu es sorti devant ton peuple, quand tu as marché dans le désert — Sélah —

9 La terre a tremblé; les cieux aussi ont distillé des eaux devant Dieu, ce Sinaï [a tremblé] devant Dieu, le Dieu d'Israël.

10 Ô Dieu, tu as répandu une pluie abondante sur ton héritage, et, quand il était fatigué, tu l'as rétabli.

11 Ton troupeau a habité là; dans ta bonté, tu préparas [tes biens] pour l'affligé, ô Dieu!

12 Le Seigneur donna la parole; grande fut la foule des femmes qui répandirent la bonne nouvelle.

13 Les rois des armées s'enfuirent; ils s'enfuirent, et celle qui restait dans la maison partagea le butin.

14 Quoique vous ayez été couchés au milieu des étables, vous serez [comme] les ailes d'une colombe couverte d'argent, et dont le plumage est comme l'or jaune.

15 Quand le Tout-Puissant y dispersa des rois, [le pays] devint blanc comme la neige du Tsalmon.

Terrible dans ses jugements contre les impies, Dieu se montre plein de tendresse envers ceux qui Lui appartiennent et qu'il appelle «les justes» (verset 4). Lui-même prend les beaux noms de «père des orphelins» et «juge des veuves» (verset 6; Psaume 146:9 ps 146.5-10; Jérémie 49:11 jr 49.7-13). Il montre ainsi qu'il s'occupe d'une manière toute spéciale de ceux qui ont perdu leur soutien naturel. Les isolés sont les objets de soins particuliers: «Dieu fait habiter en famille ceux qui étaient seuls» (verset 7). Combien ont fait cette précieuse expérience! À leur conversion des portes s'étaient fermées; certains membres de leur famille ne voulaient plus les recevoir. Pour l'amour du Seigneur, ils avaient dû quitter «maison, ou frères, ou sœurs...». Mais «le Père des orphelins» les a recueillis dans sa propre famille où ils ont trouvé d'autres frères et d'autres sœurs (lire Marc 10:29, 30 mc 10.28-31).

Jusqu'au verset 15 sont rappelés les soins de Dieu envers son peuple depuis le chemin du désert (comparer versets 2 et 8 avec Nombres 10:33-36 nb 10.33-36). Il n'a pas cessé de veiller sur Israël son «troupeau» (verset 11). Mais aujourd'hui le Seigneur a «d'autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie» juive (Jean 10:16 j 10.14-18). Êtes-vous l'une d'elles? Pouvez-vous parler de l'amour de ce bon Berger?