Josué

Josué 2:1-13

Rahab cache les espions à Jéricho

2 Et Josué, fils de Nun, envoya secrètement de Sittim deux espions, en disant : « Allez voir le pays et Jéricho ! » Et ils s'en allèrent et vinrent dans la maison d'une prostituée, du nom de Rahab1, et ils couchèrent là.
1 hébreu : Rakhab, large.

2 Et l'on parla au roi de Jéricho, en disant : « Voici, des hommes de chez les fils d'Israël sont venus ici cette nuit pour explorer le pays. »

3 Alors le roi de Jéricho envoya dire à Rahab : « Fais sortir les hommes qui sont venus chez toi, qui sont entrés dans ta maison, car ils sont venus pour explorer tout le pays. »

4 Mais la femme prit les deux hommes et les cacha. Puis elle dit : « Il est vrai que les hommes sont venus chez moi, mais je ne savais pas d'où ils étaient.

5 Et comme, à l'obscurité, la porte [de la ville] allait être fermée, les hommes sont sortis. Je ne sais pas où les hommes sont allés. Poursuivez-les vite, car vous les atteindrez. »

6 Or elle les avait fait monter sur le toit1 et les avait cachés sous des tiges de lin qu'elle avait arrangées pour elle sur le toit.
1 toit en terrasse.

7 Alors les hommes les poursuivirent par le chemin du Jourdain, jusqu'aux gués. Et l'on ferma la porte [de la ville] dès que ceux qui les poursuivaient furent sortis.

8 Et avant que les espions1. se couchent, elle monta vers eux sur le toit,
1 littéralement : qu'ils.

9 et elle dit aux hommes : « Je sais que l'Éternel vous a donné le pays, et que la terreur que vous inspirez1 est tombée sur nous, et que tous les habitants du pays fondent devant vous.
1 littéralement : la terreur de vous.

10 Car nous avons appris comment l'Éternel a mis à sec les eaux de la mer Rouge devant vous, lorsque vous êtes sortis d'Égypte, et ce que vous avez fait aux deux rois des Amoréens qui étaient de l'autre côté du Jourdain1, à Sihon et à Og, que vous avez exterminés2.
1 c.-à-d. : du côté est du Jourdain. 2 littéralement : frappés d'anathème.

11 Et nous l'avons appris, et notre cœur a fondu, et l'esprit d'aucun homme ne tient plus devant vous. Car l'Éternel votre Dieu est Dieu dans les cieux en haut et sur la terre en bas.

12 Et maintenant, puisque j'ai usé de bonté envers vous, jurez-moi par l'Éternel, je vous prie, que vous aussi vous userez de bonté envers la maison de mon père. Et donnez-moi un signe certain

13 que vous laisserez vivre mon père, et ma mère, et mes frères, et mes sœurs, et tous ceux qui sont à eux, et que vous sauverez nos âmes de la mort. »

Deux grands obstacles s'opposent à l'entrée du peuple en Canaan. En premier lieu le Jourdain qui constitue la frontière. Ensuite, sur l'autre rive, la forteresse redoutable de Jéricho. Josué y envoie ses deux espions. Leur mission semble s'être bornée à cette visite chez Rahab et à prendre connaissance non de la puissance de l'ennemi mais de celle de Dieu opérant dans le cœur de cette femme. Rahab a entendu ce que Dieu avait fait pour son peuple. Elle a cru en Lui. Enfin la voici qui agit, car «la foi sans les œuvres est stérile», et Jacques la prend comme exemple de cette vérité, elle, cette misérable Cananéenne, en compagnie d'Abraham lui-même (Jacq. 2:20, 25 jq 2.20-26). Aux yeux des hommes, l'acte de cette femme — une trahison — est parfaitement répréhensible. Mais il n'en fait ressortir que mieux la différence entre une œuvre de foi, agréable à Dieu, et une «bonne œuvre» louée par les hommes. Ce que fait un croyant est loin d'être toujours compris et approuvé par le monde.

La foi de Rahab lui vaudra une place d'honneur dans deux listes remarquables du Nouveau Testament: la généalogie de Jésus Christ (Matt. 1:5 mt 1.1-6) et l'énumération des fidèles témoins du ch. 11 des Hébreux où elle sera la seule femme nommée avec Sara (Héb. 11:31 hb 11.30-31).