Jonas

Jonas 3:1-10

La prédication de Jonas à Ninive – Repentance des Ninivites

3 Et la parole de l'Éternel fut [adressée] à Jonas une deuxième fois, en disant :

2 « Lève-toi, va à Ninive, la grande ville, et crie-lui la proclamation que je te dirai. »

3 Et Jonas se leva et s'en alla à Ninive, selon la parole de l'Éternel. Or Ninive était une grande ville devant Dieu, de 3 journées de marche.

4 Et Jonas commença à entrer dans la ville, pendant un jour de marche. Et il cria et dit : « Encore 40 jours et Ninive sera renversée. »

5 Et les hommes de Ninive crurent Dieu, et proclamèrent un jeûne, et se revêtirent de toiles de sac, du [plus] grand au [plus] petit d'entre eux.

6 Car la parole parvint au roi de Ninive, et il se leva de son trône, et ôta son manteau de dessus lui, et se couvrit d'une toile de sac, et s'assit sur la cendre.

7 Et il fit crier et dire dans Ninive, par un décret du roi et de ses grands, cette parole : « Que les hommes et les bêtes, le gros bétail et le petit bétail, ne goûtent de rien ! Qu'ils ne mangent1 pas et ne boivent pas d'eau !
1 littéralement : paissent.

8 Et que les hommes et les bêtes soient couverts de toiles de sac, et qu'ils crient vers Dieu avec force ! Et qu'ils reviennent, chacun de sa mauvaise voie et de la violence qui est dans leurs mains !

9 Qui sait ? Dieu reviendra, et se repentira, et reviendra de l'ardeur de sa colère, et nous ne périrons pas. »

10 Et Dieu vit leurs œuvres, qu'ils revenaient de leur mauvaise voie. Et Dieu se repentit du mal qu'il avait parlé de leur faire et il ne le fit pas.

Le «cri» de Jonas à travers Ninive est, à proprement parler, la seule prophétie que nous trouvions dans son livre. Et encore ne s’accomplit-elle pas, car à sa prédication, les habitants de la cité méchante, le roi en tête, craignent Dieu, croient sa Parole, se repentent. Ces sentiments, à leur tour, montent jusqu’au ciel (v. 10; ch. 1 v. 2 jn 1.1-3). Dieu fait grâce (voir Jér. 18:7, 8 jr 18.5-10). Et les hommes de Ninive seront cités en exemple par Jésus aux Juifs de son temps, alors qu’ils ont au milieu d’eux infiniment «plus que Jonas» (Matt. 12:40, 41 mt 12.38-41). De fait, combien ces derniers étaient plus responsables que les Ninivites païens. Le Fils de Dieu Lui-même était là, venu non pour juger mais pour sauver le monde (Jean 12:47 j 12.44-50). Se reconnaître pécheur, accepter Jésus pour Sauveur, est le seul moyen d’échapper à la condamnation éternelle. L’annonce du jugement fait partie de l’évangile. «Il est réservé aux hommes de mourir une fois — et après cela le jugement», avertit la sainte Écriture (Héb. 9:27 hb 9.27-28). Ce «une fois» peut être dans un instant pour vous, lecteur inconverti. Savez-vous si vous disposerez même d’un sursis de 40 jours (Luc 12:20 lc 12.16-21)? «C’est pourquoi, vous aussi, soyez prêts», dit encore le Seigneur Jésus (Matt. 24:44 mt 24.42-44). Oui, maintenant, est le jour du salut.