Jonas

Jonas 2:1-11

Jonas est englouti par un grand poisson – Sa prière et sa délivrance

2 Et l'Éternel prépara un grand poisson pour engloutir Jonas ; et Jonas fut dans le ventre du poisson trois jours et trois nuits.

2 Et Jonas pria l'Éternel, son Dieu, depuis les entrailles du poisson

3 et il dit :
J'ai crié vers l'Éternel dans ma détresse et il m'a répondu. Du milieu1 du shéol, j'ai crié [et] tu as entendu ma voix.
1 littéralement : ventre.

4 Tu m'as jeté dans l'abîme, dans le cœur des mers, et le courant m'a entouré ; toutes tes vagues et tes lames sont passées sur moi.

5 Et moi je disais : Je suis rejeté de devant tes yeux. Toutefois, je regarderai encore vers le temple de ta sainteté.

6 Les eaux m'ont environné jusqu'à l'âme, l'abîme m'a entouré, les algues ont enveloppé ma tête.

7 Je suis descendu jusqu'aux fondements des montagnes ; les barres de la terre s'étaient fermées sur moi pour toujours. Mais, ô Éternel, mon Dieu, tu as fait remonter ma vie de la fosse.

8 Quand mon âme était abattue au-dedans de moi, je me suis souvenu de l'Éternel et ma prière est venue jusqu'à toi, dans le temple1 de ta sainteté.
1 ou : palais.

9 Ceux qui regardent aux vaines [idoles] abandonnent la grâce qui est à eux.

10 Mais moi, je te sacrifierai avec une voix de louange ; je m'acquitterai des vœux que j'ai faits. La délivrance [vient] de l'Éternel.

11 Et l'Éternel parla au poisson et il vomit Jonas sur la terre1.
1 littéralement : le sec.

Tout ce que l’Éternel envoie, prépare et commande concourt à son propos final (ch. 1 v. 4 jn 1.4; ch. 2 v. 1, 11; ch. 4 v. 6, 7, 8 jn 4.5-8). C’est vrai pour Jonas et Ninive, mais aussi pour le Seigneur Jésus Lui-même. Dans la prière douloureuse et fervente qui s’élève de ce lieu de mort, nous reconnaissons la voix du suprême Affligé (comp. v. 3 et Ps. 130:1 ps 130.1-4; v. 4 et Ps. 42:7 ps 42.6-8; v. 6, 7 et Ps. 69:1, 2… ps 69.1-3). Mais tandis que Jonas a connu l’angoisse comme conséquence de sa désobéissance, Christ, Lui, a traversé les eaux sombres de la mort à cause de notre désobéissance et pour notre salut. Sa détresse a été notre délivrance.

Ces trois jours dans le ventre du gros poisson ont été les meilleurs de l’histoire de Jonas. Ils nous apprennent aussi qu’en toute circonstance nous pouvons invoquer le Seigneur Jésus. Notre prière est exaucée et Il nous en donne d’avance la pleine certitude. «Il m’a répondu», annonce le prophète encore dans le ventre du cétacé (v. 3).

Le v. 9 nous explique pourquoi nous jouissons souvent si peu de la grâce du Seigneur: nous détournons nos regards vers les vanités mensongères dont Satan se sert pour distraire et égarer les hommes de ce monde.

Mais le fait d’avoir été l’objet de la grâce de Dieu va renforcer en Jonas l’égoïsme orgueilleux qui nous est naturel.