Jonas

Jonas 1:1-16

Mission et désobéissance de Jonas

1 Et la parole de l'Éternel fut [adressée] à Jonas, fils d'Amitthaï,1 en disant :
1 date : environ 830 av. J.-C.

2 Lève-toi, va à Ninive, la grande ville, et crie contre elle, car leur méchanceté est montée devant moi.

3 Mais Jonas se leva pour s'enfuir à Tarsis, loin de la présence1 de l'Éternel. Et il descendit à Joppé2 et trouva un bateau allant à Tarsis. Et ayant donné le prix de sa place, il y descendit pour aller avec eux à Tarsis, loin de la présence1 de l'Éternel.
1 littéralement : face. 2 hébreu : Japho.

4 Et l'Éternel envoya1 un grand vent sur la mer, et il y eut une grande tempête sur la mer, de sorte que le bateau menaçait de se briser.
1 littéralement : jeta.

5 Et les marins eurent peur et crièrent chacun vers son dieu. Et ils jetèrent dans la mer les objets qui étaient dans le bateau, afin de l'alléger. Mais Jonas était descendu au fond du bateau, et s'était couché, et dormait profondément.

6 Et le maître d'équipage s'approcha de lui et lui dit : Que fais-tu, dormeur ? Lève-toi, crie vers ton Dieu ! Peut-être Dieu pensera-t-il à nous et nous ne périrons pas.

7 Et ils se dirent l'un à l'autre : Venez, tirons au sort, afin que nous sachions à cause de qui ce malheur nous arrive. Et ils tirèrent au sort et le sort tomba sur Jonas.

8 Et ils lui dirent : Déclare-nous, je te prie, à cause de qui ce malheur nous est arrivé ? Quelle est ton occupation ? Et d'où viens-tu ? Quel est ton pays et de quel peuple es-tu ?

9 Et il leur dit : Je suis Hébreu et je crains l'Éternel, le Dieu des cieux, qui a fait la mer et la terre1.
1 littéralement : le sec.

10 Et les hommes craignirent beaucoup1 et lui dirent : Qu'est-ce que tu as fait ? Car les hommes savaient qu'il s'enfuyait loin de la présence2 de l'Éternel, car il le leur avait déclaré.
1 littéralement : craignirent une grande crainte. 2 littéralement : face.

11 Et ils lui dirent : Que te ferons-nous, afin que la mer s'apaise pour nous ? Car la mer était de plus en plus déchaînée.

12 Et il leur dit : Prenez-moi, et jetez-moi à la mer, et la mer s'apaisera pour vous. Car je sais que c'est à cause de moi que cette grande tempête est [venue] sur vous.

13 Et les hommes ramèrent1 pour regagner la terre2, mais ils ne [le] purent pas, car la mer était toujours plus déchaînée contre eux.
1 littéralement : fendirent. 2 littéralement : le sec.

14 Et ils crièrent vers l'Éternel et dirent : Ah ! Éternel, que nous ne périssions pas, nous t'en prions, à cause de la vie de cet homme, et ne mets pas sur nous du sang innocent ! Car toi, Éternel, tu as fait comme il t'a plu.

15 Et ils prirent Jonas et le jetèrent à la mer. Et la fureur de la mer se calma.

16 Et les hommes craignirent beaucoup1 l'Éternel, et offrirent2 un sacrifice à l'Éternel, et firent des vœux.
1 littéralement : craignirent une grande crainte. 2 proprement : tuer, sacrifier.

À la différence des autres prophètes, Jonas nous enseigne moins par ses paroles que par son histoire saisissante. Il avait jadis annoncé le rétablissement de la frontière d’Israël: la bonne nouvelle pour son peuple (2 Rois 14:25 2r 14.23-27). Le voici maintenant chargé d’une mission beaucoup moins agréable: proclamer le châtiment de Ninive, la grande métropole païenne si coupable devant Dieu. Jonas se dérobe et s’enfuit «loin de la présence de l’Éternel». Chemin de propre volonté! Un serviteur de Dieu n’a à choisir ni son message ni son lieu de travail! Conduite insensée en même temps! Comment échapper à Celui qui voit tout et qui dispose des éléments pour arrêter le désobéissant (Luc 8:25 lc 8.22-25)? Jonas, remarquons-le, ne cesse de descendre (v. 3, 5; ch. 2 v. 3, 7 jn 2.1-7). D’abord par un chemin plaisant (signification de Joppé), mais qui mène à la destruction (Tarsis). Et maintenant, descendu au fond du bateau, il dort pendant la tempête furieuse. Il faut que le maître d’équipage l’arrache à son inconscience. Être rappelé à l’ordre par le monde, quoi de plus humiliant pour un enfant de Dieu?

Prophétiquement, ce récit nous montre Israël infidèle à sa mission, objet du châtiment de Dieu, jeté dans la mer des peuples pour le salut des nations (les matelots païens; Rom. 11:11-15 rm 11.11-15).