1 Rois

1 Rois 20:30b-43

30 Et le reste s'enfuit à Aphek, dans la ville, et la muraille tomba sur 27 000 hommes, ceux qui restaient.
Et Ben-Hadad s'enfuit et entra dans la ville, [allant] d'une pièce1 dans une autre.
1 pièce intérieure.

31 Et ses serviteurs lui dirent : Voici, nous avons entendu dire que les rois de la maison d'Israël sont des rois miséricordieux. Mettons donc des sacs sur nos reins, et des cordes à nos têtes, et sortons vers le roi d'Israël. Peut-être qu'il laissera vivre ton âme.

32 Et ils mirent des sacs sur leurs reins, et des cordes à leurs têtes, et s'en allèrent vers le roi d'Israël. Et ils dirent : Ton serviteur Ben-Hadad dit : Je te prie, laisse vivre mon âme. Et Achab1 dit : Il est encore vivant ? Il est mon frère.
1 littéralement : il.

33 Et les hommes en augurèrent [du bien] et se hâtèrent de le prendre au mot, et ils dirent : Ben-Hadad est ton frère. Et il dit : Allez, amenez-le ! Et Ben-Hadad sortit vers lui et Achab1 le fit monter sur le char.
1 littéralement : il.

34 Et Ben-Hadad1 lui dit : Les villes que mon père a prises à ton père, je les rends, et tu feras pour toi des rues2 à Damas, comme mon père en a fait à Samarie. Et [Achab dit :] Moi, je te renverrai avec cette alliance. Et il fit alliance avec lui et le renvoya.
1 littéralement : il. 2 sans doute dans le sens de : rues affectées au commerce.

Un prophète annonce le jugement d'Achab

35 Et un homme parmi les fils des prophètes dit à son compagnon, par la parole de l'Éternel : Frappe-moi, je te prie ! Mais l'homme refusa de le frapper.

36 Et il lui dit : Parce que tu n'as pas écouté la voix de l'Éternel, voici, quand tu sortiras d'auprès de moi, le lion te tuera1. Et il sortit d'auprès de lui, et le lion le trouva, et le tua1.
1 littéralement : frapper.

37 Et il trouva un autre homme et il dit : Frappe-moi, je te prie ! Et l'homme le frappa violemment et le blessa.

38 Et le prophète s'en alla, et se tint sur le chemin du roi, et masqua [son visage] avec un bandeau sur les yeux.

39 Et il arriva, comme le roi passait, qu'il cria au roi et dit : Ton serviteur était sorti au milieu de la bataille et voici, un homme se détourna, et fit venir à moi un homme, et il dit : Garde cet homme ! S'il vient à disparaître, alors ta vie sera à la place de sa vie, ou tu me pèseras1 un talent2 d'argent.
1 autrement dit : tu me paieras. 2 1 talent = 34,2 kg environ.

40 Et il arriva, comme ton serviteur était occupé çà et là, que l'homme a disparu. Et le roi d'Israël lui dit : Ainsi est ton jugement ; toi, tu l'as prononcé.

41 Et il se hâta d'ôter le bandeau de dessus ses yeux et le roi d'Israël le reconnut pour l'un des prophètes.

42 Et il lui dit : Ainsi dit l'Éternel : Parce que tu as laissé échapper de tes mains l'homme que j'avais voué à la destruction, ta vie sera pour sa vie et ton peuple pour son peuple.

43 Et le roi d'Israël alla dans sa maison, triste et irrité, et il vint à Samarie.

Il est triste de ne trouver chez Achab aucun sentiment de reconnaissance pour la double victoire que l'Éternel lui a accordée. Malheureusement, la plupart des hommes sont ainsi! La grâce de Dieu les laisse insensibles. En la méprisant, ils outragent Dieu et font leur propre malheur. Christ a vaincu pour nous un Ennemi infiniment plus puissant et plus cruel que Ben-Hadad et ses armées. L'avons-nous tous déjà remercié pour cette délivrance glorieuse?

Non seulement nous ne voyons pas Achab se tourner vers l'Éternel, mais il fait preuve d'une indulgence coupable en épargnant l'ennemi de Dieu et de son peuple. Pis que cela, il l'appelle son frère! Dieu intervient et lui envoie un autre prophète, mais cette fois la voix de la grâce fait place à celle du jugement.

Comme Achab, il nous arrive d'oublier que le monde est l'ennemi de Dieu et de son peuple. Or l'humanité se divise en deux familles seulement: celle de Dieu et celle du diable (Jean 8:41-44 j 8.38-45). Elles ne peuvent se confondre. Si nous avons le bonheur de faire partie de la grande famille dont Dieu est le Père, nos frères et nos sœurs sont tous les enfants de Dieu, mais eux seuls.