1 Rois

1 Rois 18:30-46

Élie répare l'autel de l'Éternel – Le feu de l'Éternel consume l'holocauste offert par Élie

30 Alors Élie dit à tout le peuple : Approchez-vous de moi ! Et tout le peuple s'approcha de lui. Et il répara l'autel de l'Éternel qui avait été démoli.

31 Et Élie prit douze pierres, selon le nombre des tribus des fils de Jacob à qui fut [adressée] la parole de l'Éternel, qui disait : Israël sera ton nom !

32 Et il bâtit, avec les pierres, un autel au nom de l'Éternel, et il fit, autour de l'autel, un fossé de la capacité de deux séas1 de semence.
1 1 séa = 7,3 litres environ.

33 Et il arrangea le bois, et dépeça le taureau, et le plaça sur le bois.

34 Et il dit : Remplissez d'eau quatre cruches, et versez-les sur l'holocauste et sur le bois. Et il dit : Faites-le une deuxième fois ! Et ils le firent une deuxième fois. Et il dit : Faites-le une troisième fois ! Et ils le firent une troisième fois.

35 Et l'eau coula autour de l'autel, et l'on remplit d'eau aussi le fossé.

36 Et il arriva, à [l'heure] où l'on offre1 le gâteau, qu'Élie le prophète s'approcha et dit : Éternel, Dieu d'Abraham, d'Isaac et d'Israël, qu'il soit connu aujourd'hui que toi, tu es Dieu en Israël, et que moi, je suis ton serviteur, et que c'est par ta parole que j'ai fait toutes ces choses.
1 ici, offrir sur l'autel même ; comme en Lév. 14:20.

37 Réponds-moi, Éternel, réponds-moi ! Et que ce peuple reconnaisse que toi, Éternel, tu es Dieu et que tu as ramené leur cœur !

38 Et le feu de l'Éternel tomba, et consuma l'holocauste, et le bois, et les pierres, et la poussière, et il lécha l'eau qui était dans le fossé.

39 Et tout le peuple le vit, et ils tombèrent sur leurs faces, et dirent : L'Éternel, c'est lui qui est Dieu ! L'Éternel, c'est lui qui est Dieu !

40 Et Élie leur dit : Saisissez les prophètes de Baal, que pas un d'entre eux n'échappe ! Et ils les saisirent, et Élie les fit descendre au torrent de Kison, et il les égorgea là.

Élie annonce le retour de la pluie, et elle revient

41 Et Élie dit à Achab : Monte, mange et bois, car il y a un bruit qui annonce la pluie.

42 Et Achab monta pour manger et pour boire. Et Élie monta au sommet du Carmel, et il se courba jusqu'à terre, et mit son visage entre ses genoux.

43 Et il dit à son serviteur1 : Monte, je te prie, regarde du côté de la mer ! Et il monta, et regarda, et dit : Il n'y a rien. Et il dit : Retournes-y sept fois !
1 littéralement : jeune homme.

44 Et il arriva qu'à la septième fois, il dit : Voici un petit nuage, comme la main d'un homme, qui s'élève de la mer. Et il dit : Lève-toi1, dis à Achab : Attelle et descends, afin que la pluie ne t'arrête pas !
1 ici, littéralement : Monte.

45 Et il arriva, en attendant, que les cieux devinrent noirs par d'épais nuages accompagnés de vent, et il y eut une forte pluie. Et Achab monta sur son char et partit pour Jizreël.

46 Et la main de l'Éternel fut sur Élie. Et il mit la ceinture à ses reins et courut devant Achab jusqu'à l'entrée de Jizreël.

Mis au défi, les prophètes de Baal ont vainement multiplié leurs incantations et leurs danses frénétiques. Leur dieu est resté sourd. Et pour cause! (Ps. 115:4-7 ps 115.1-8). Alors Élie commence ses préparatifs avec un calme et une autorité qui contrastent avec toute l'excitation précédente. Il bâtit l'autel avec douze pierres, «selon le nombre des tribus», affirmant ainsi l'unité du peuple. Malgré la triste division en deux royaumes, aux yeux de Dieu, Israël est toujours un seul peuple. Il en est de même aujourd'hui de l'Église du Seigneur. Si divisée qu'elle soit de fait en multiples dénominations, Dieu ne reconnaît qu'une seule Église, composée de tous les croyants. C'est ainsi que nous devons la voir aussi.

Lorsque tout est prêt pour l'holocauste, Élie s'adresse à Dieu: «Éternel, réponds-moi, et que ce peuple sache que toi, Éternel, tu es Dieu, et que tu as ramené leur cœur» (verset 37). Dieu exauce son serviteur, non seulement en envoyant le feu du ciel, mais en ramenant le cœur du peuple vers Lui.

Achab assiste à cette scène, suivie de la mort de ses prophètes, sans paraître s'intéresser à autre chose qu'à manger et boire, tandis que, de son côté, l'homme de Dieu prie de nouveau... «et le ciel donna de la pluie» (Jacques 5:18 jq 5.14-20).