1 Rois

1 Rois 11:26-43

Jéroboam, futur roi de dix tribus d'Israël

26 Et Jéroboam, fils de Nebath, Éphratien1 de Tseréda, serviteur de Salomon — et le nom de sa mère était Tserua, une femme veuve — leva aussi sa main contre le roi.
1 ou : Éphraïmite.

27 Et voici à quelle occasion il leva sa main contre le roi. Salomon bâtissait le Millo1 [et] fermait la brèche2 de la ville de David son père.
1 le Millo : le rempart ; c.-à-d. : la citadelle. 2 peut-être : le ravin.

28 Et Jéroboam était un homme fort et courageux. Et Salomon remarqua le jeune homme pendant qu'il travaillait, et il lui confia [la responsabilité de] tout le travail de la maison de Joseph.

29 Et il arriva en ce temps-là que Jéroboam sortit de Jérusalem, et le prophète Akhija le Silonite le trouva sur le chemin. Et il était revêtu1 d'un manteau neuf et ils étaient tous les deux seuls dans les champs.
1 littéralement : couvert.

30 Et Akhija saisit le manteau neuf qu'il avait sur lui et le déchira en douze morceaux.

31 Et il dit à Jéroboam : Prends dix morceaux pour toi ! Car ainsi dit l'Éternel, le Dieu d'Israël : Voici, j'arrache le royaume de la main de Salomon et je te donne dix tribus.

32 Mais une tribu sera à lui, à cause de mon serviteur David et à cause de Jérusalem, la ville que j'ai choisie parmi toutes les tribus d'Israël.

33 [Cela arrivera] parce qu'ils m'ont abandonné et ont adoré Ashtoreth1, la divinité des Sidoniens, Kemosh, le dieu de Moab, et Milcom, le dieu des fils d'Ammon. Et [ils] n'ont pas marché dans mes voies pour pratiquer ce qui est droit à mes yeux, et mes statuts, et mes ordonnances, comme David son père.
1 c.-à-d. : Astarté.

34 Cependant je n'ôterai pas tout le royaume de sa main, car je l'établirai [comme] prince tous les jours de sa vie, à cause de David mon serviteur que j'ai choisi, lui qui a gardé mes commandements et mes statuts.

35 Mais j'ôterai le royaume de la main de son fils et je te le donnerai, [à savoir] dix tribus.

36 Et je donnerai une tribu à son fils, afin qu'il y ait toujours une lampe pour David mon serviteur, devant moi à Jérusalem, la ville que je me suis choisie pour y placer mon nom.

37 Et je te prendrai, et tu régneras sur tout ce que ton âme désire, et tu seras roi sur Israël.

38 Et si tu écoutes tout ce que je te commanderai, et si tu marches dans mes voies, et si tu fais ce qui est droit à mes yeux en gardant mes statuts et mes commandements, comme a fait David mon serviteur, alors je serai avec toi, et je te bâtirai une maison stable, comme je l'ai bâtie pour David, et je te donnerai Israël.

39 Et j'humilierai la descendance de David, à cause de cela, mais pas pour toujours.

40 Et Salomon chercha à faire mourir Jéroboam. Et Jéroboam se leva et s'enfuit en Égypte, vers Shishak, roi d'Égypte. Et il fut en Égypte jusqu'à la mort de Salomon.

Mort de Salomon

41 Et le reste des actes de Salomon, et tout ce qu'il fit, et sa sagesse, cela n'est-il pas écrit dans le livre des Actes de Salomon ?

42 Et les jours pendant lesquels Salomon régna à Jérusalem sur tout Israël furent de 40 ans.

43 Et Salomon s'endormit avec ses pères et il fut enterré dans la ville de David son père. Et Roboam son fils régna à sa place.

Comme Il l'avait fait en préparant David pendant que Saül vivait encore, Dieu suscite Jéroboam du vivant de Salomon. Et comme Saül autrefois, Salomon cherche à faire mourir celui que l'Éternel a désigné pour lui succéder (verset 40). Mais quel contraste entre Jéroboam qui lève sa main contre le roi (v. 26) et David qui refuse de le faire, entre Jéroboam qui s’enfuit en Égypte et y apprend l’idolâtrie, et David qui se cache dans les déserts! David avait bien commencé sa vie; il l'avait mal continuée, mais de nouveau bien terminée. Salomon a bien commencé, bien continué, mais mal fini sa carrière. Citons aussi un exemple inverse: Jacob, dont les jours furent «courts et mauvais» (Genèse 47:9 gn 47.5-10) mais qui eut une fin de toute beauté (Hébreux 11:21 hb 11.21).

Cette tentative de meurtre est le dernier acte de Salomon qui nous soit rapporté! Puis il s'endort avec ses pères. Il avait eu «un temps de vivre». Selon sa propre déclaration, maintenant vient pour lui le «temps de mourir» (Ecclésiaste 3:2 ec 3.1-9). Cher lecteur, vous ne savez pas quand ce temps viendra pour vous. Mais ce que vous devez savoir, c'est que le temps de vivre est également le temps de croire, et le temps de vivre pour Christ.