2 Rois

John Nelson Darby

Chapitre 1er

Si Dieu a montré qu’il prenait connaissance de la faute de son serviteur Élie, et qu’il ne passait pas légèrement par-dessus, il n’a manqué envers lui ni de tendresse, ni de fidélité. Il agit à son égard comme envers un serviteur aimé et fidèle, au moment même où il lui fait sentir qu’il avait manqué à l’énergie de la foi, car il ne l’a pas fait sentir aux autres, quoiqu’il nous l’ait communiqué à nous, pour notre instruction.

Je dis: manqué à l’énergie de la foi; car, à l’égard de la masse du peuple, le jugement d’Élie était juste. Dieu lui révèle ses pensées et ses intentions, et lui désigne même les instruments qu’il veut employer; et, tout en remplaçant définitivement le prophète par Élisée, Dieu le fait cependant rentrer publiquement dans son service, en lui ordonnant d’appeler Élisée pour l’accompagner dans son œuvre. Élie reprend donc son ministère au milieu d’Israël.

Or Achazia marchait sur les traces de son père et faisait profession publique de reconnaître Baal pour son Dieu, en faisant consulter Baal-Zebub à Ékron. Envoyé à la rencontre des messagers du roi, Élie prononce sa sentence de la part de l’Éternel. Irrité d’être contrarié dans son iniquité, Achazia charge des gens de son armée de prendre le prophète.

Nous retrouvons encore ici ce même caractère judiciaire des miracles d’Élie déjà mentionné plus haut, caractère signalé par le Seigneur lui-même. Il fait descendre le feu du ciel pour détruire ces hommes. Le dernier des envoyés du roi reconnaît l’autorité et la puissance d’Élie et a sa vie épargnée. Élie l’accompagne pour renouveler auprès du roi lui-même, la déclaration du jugement de l’Éternel qui pesait sur lui.